Michael Jackson - de l'achat du catalogue des Beatles aux dettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michael Jackson - de l'achat du catalogue des Beatles aux dettes.

Message par Eddith le Dim 16 Fév 2014 - 16:05

En Juin 1985, Jackson et Branca ont appris que Charles Koppelman et Marty Bandier de l 'Entertainment Co. avaient conclu un accord de principe avec Holmes à Court pour acheter le catalogue 50.000.000 $  mais au début Août, l'équipe de Holmes à Court a  à nouveau contacté Jackson,   pour que les deux parties fassent des concessions. Holmes voulait ajouter d'autres éléments d'actif et l'engagement de créer une bourse pour une université américaine au nom de Jackson.

Bien  que Koppelman / Bandier aient fait une offre plus élevée, l'offre de Jackson de £ 47 millions  de $ a été acceptée, car Branca avait un as dans sa manche, il a appris que Bandier et Koppelman étaient soutenus par MCA Musique, alors dirigé par Irving Azoff  qui se trouvait être un collègue de John Branca.  Branca avait embauché Irving Azoff en 1984 en tant que consultant pour la tournée Victory.  «  Je lui ai demandé de retirer son financement a déclaré Branca »  Azoff l’a fait. L'accord a  donc été signé le 10 Août 1985.

Après l'acquisition du catalogue, Jackson et McCartney sont apparus ensemble sur une photographie, pour dissiper les rumeurs au sujet de leur brouille.



Paul  McCartney a également soutenu Michael lors des accusations de 1993,  en annonçant que Michael ne pourrait jamais faire des choses pareilles.

Michael en fut touché et le remercia dans le livret de l'album HIStory.

Si Paul McCartney ne s’était pas un jour méfié de certains, c’est l’œuvre entière des Beatles qui aurait été détournée.

Qu’en est-il pour Michael :

Le 7 septembre 2001, il décida d’organiser une interview télévisée. Celle-ci fut une véritable bombe : Elle mettait en lumière la pression des groupes financiers que subissait la star : «  le système des maisons de disques, ça ne se passe pas comme ils le disent sans arrêt. » !!!!  C’est une véritable conspiration. Vous devez le savoir.



En 2001, Jermaine lui avait présenté Louis Farrakhan, avec qui Michael était devenu ami. Il s’agissait du leader charismatique de l’organisation Nation of Islam. Crée en 1930, ce groupe religieux et politique prône un vigoureux nationalisme noir. Cet homme controversé, régulièrement accusé de racisme, d’antisémitisme et d’homophobie, s’en prenant notamment aux producteurs de Hollywood, était donc entré dans l’entourage de Michael Jackson.

Louis Farrakhan avait défendu ouvertement Michael Jackson à la télévision, notamment au cours d’une interview qui avait bien failli ne jamais être diffusée à cause des menaces que le présentateur avait subies. Le nouveau protecteur de l’artiste n’avait pas hésité à brandir des accusations : «  Michael Jackson est le plus grand artiste que le monde ait jamais vu et c’est la personne la plus populaire au monde. Mais Michael Jackson a été traité comme un esclave dans une plantation. A cause d’une accusation qui a fini par devenir une accusation criminelle, voilà qu’on  force un humain à se mettre tout nu, contraint et forcé, sur ordre d’un juge qui indiquait que s’il ne coopérait pas , ils auraient le droit d’être violent avec lui ! Et le forcer à révéler sa nudité afin qu’ils prennent des photos de lui.  Cela démontre pour moi que, aussi célèbre que soit la star Michael Jackson aux yeux de ceux qui nous regardent, c’est comme si ses producteurs lui disaient : «  Pour nous, au nom de notre argent, de notre notoriété, de nos grandes maisons, de nos voitures luxueuses et de notre position prééminente, vous n’êtes rien d’autre qu’un nègre, et nous vous remettrons à votre place si vous essayez d’en sortir ! » .

Louis Farrakhan n’avait pas mâché ses mots. Ceux-ci furent-ils sans influence sur le Roi de la Pop ?

L’enquête interfor avait trouvé une relation d’affaires étroite entre Branca et Tommy Mottola alors PDG de Sony Music. On ne sait pas qui avait ordonné l’enquête, mais le rapport en date du 15 avril 2003 a été préparé par un avocat d' Hale Han Peek Dennison et Howard, l’entreprise qui avait embauché Branca pour Michael bien des années  plus tôt.

Branca travaillait pour Sony et Michael en même temps –  Il avait 5% dans le catalogue Sony ATV - Tous les documents présentés à la cour pendant le procès de 2005 le prouvent,  hélas il n’y a pas eu de fonds pour poursuivre l’enquête.

John Branca actuel co-exécuteur testamentaire de la succession de Michael, a parfois été co-collaborateur de contrat avec Allen Gubman, ami de Tommy Mottola, de Charles Koppelman et d'Howard Weitzman…

 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3424

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael Jackson - de l'achat du catalogue des Beatles aux dettes.

Message par Eddith le Dim 16 Fév 2014 - 16:20

Selon un article du New-York Times   daté du 19 juillet 2009

Une poignée de grandes entreprises financières ont été intéressées par l'achat de la part de la succession Jackson de Sony / ATV Music Publishing, la société qui contrôle le catalogue de chansons des beatles, selon les gens informés sur la question. Parmi eux, Colony Capital, Kohlberg Kravis Roberts , Plainfield Asset Management et le magnat des médias Haim Saban.

Ces gens ont dit :

Sony / ATV est de loin l'atout le plus précieux dans la succession de M. Jackson.
John G. Branca, l'avocat de divertissement qui a structuré l'achat initial  du catalogue des beatles de Michael  Jackson, aujourd'hui l'un des deux exécuteurs testamentaires, a refusé de commenter par e-mail , disant seulement que l'enjeu Jackson dans Sony / ATV " n'était  pas à vendre."
Pourtant, cela n'a pas empêché les  financiers d'approcher les membres de La famille Jackson et Sony, les gens informés des discussions  ont relaté que  certaines de ces entreprises avaient déjà une connexion avec la famille Jackson.

Colony Capital , par exemple, est un co-propriétaire du ranch Neverland, l'ancienne maison de M. Jackson. Le  président et chef de la direction, Thomas J. Barrack Jr., a communiqué avec des représentants de la famille.  ces gens ont dit. (Mijac a une valeur estimée entre 50 millions de $ à 100 de $ et est susceptible de croître avec les  ventes d'albums depuis sa mort.)

M. Jackson a failli perdre sa participation dans Sony / ATV - et la fortune de sa famille - en 2006. Il était à quelques jours de son dépôt de bilan quand Howard Stringer, le PDG de Sony, a dépêché son directeur financier, Robert Wiesenthal, à Dubaï pour négocier une bouée de sauvetage de dernière minute pour M. Jackson. M. Jackson vivait dans l'émirat à l'époque et dépensait de l'argent rapidement.

"Ses finances étaient dans un désordre complet", a déclaré Duross O'Bryan, un juricomptable de la firme de consultants AlixPartners qui a servi à titre de témoin expert , au procès en  2005   de M. Jackson. «Il y avait de graves problèmes en ce qui concernait sa capacité à répondre à la dette à son échéance."

L'accord, négocié dans la suite de M. Jackson à l'hôtel Burj Al Arab, a sauvé le chanteur de la faillite. En retour, Sony a pris une plus grande maîtrise opérationnelle de Sony / ATV et a reçu une option d'acheter la moitié de la part de M. Jackson.
Un porte-parole de Sony a déclaré  que la société n'était pas intéressée par la vente de sa participation. Les représentants de Colony, KKR et M. Saban ont  refusé de commenter.

Conclusion : Tom Barrack n'a jamais voulu aider Michael,  il avait juste flairé une affaire rentable pour lui-même.

Colony Capital  était non seulement propriétaire d'une partie de Neverland ,  mais il  voulait encore avoir la part de MJ dans le catalogue Sony / ATV peu de temps après sa mort !!!  


 Source : New York Times.

 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3424

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael Jackson - de l'achat du catalogue des Beatles aux dettes.

Message par jiminy le Jeu 26 Juin 2014 - 20:24

avatar
jiminy
Bloody

Balance Messages : 3896
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

ce que les médias ne disaient pas ..............

Message par Eddith le Lun 6 Oct 2014 - 9:02

Le site iloveoldschoolmusic.com nous apprend que lorsque Michael Jackson acheta le catalogue des Beatles (catalogue ATV), celui-ci comprenait également les droits d'édition d'autres artistes parmi lesquels se trouvait Little Richard.

C'est ainsi qu'il était également en possession de la totalité des droits des chansons de Little Richard.

Lorsque Michael Jackson a découvert cela, il a immédiatement donné à Little Richard tous ses droits de publication en retour car il pensait à juste titre que Little Richard méritait d'être indemnisé pour son travail acharné après avoir été méprisé par sa maison de disque pendant tant d'années antérieures.



Michael Jackson au mariage de John Branca et Maria Mcarthur, avec Little Richard qui animait la cérémonie.


Selon Celebrity Net Worth, la valeur nette de Little Richard est de 40 millions de dollars et tout le monde sait que ses droits d'éditions ont beaucoup avoir avec cela.

Comme chacun sait, la plupart des artistes soul n'étaient pas payés comme il se devait et Little Richard en faisait partie.

Ce fut donc une fois de plus remarquable d'avoir un artiste comme Michael Jackson dans le monde de la musique afin de remettre les choses dans les règles concernant les grands artistes qui lui ouvrirent la voie.


Source: MJFrance


cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3424

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael Jackson - de l'achat du catalogue des Beatles aux dettes.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum