[Livre] Michael Jackson INC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Livre] Michael Jackson INC

Message par Eddith le Mar 25 Fév 2014 - 7:14



La couverture de l’ouvrage “Michael Jackson , Inc.” de Zack O’Malley Greenburg vient d’être diffusée sur le site Amazon.com.

Greenburg a confié que l’artwork  avait été commissionné à l’artiste américain Jason Borbay. Ce dernier l’a réalisé en collaboration avec  Anna Dorfman des éditions Simon & Schuster et Door Sixteen.

Plus d’infos sur borbay.com

Rappelons que l’ouvrage “Michael Jackson , Inc.” [cf. News du 23/02/2013 et du 31/08/2013] s’annonce passionnant puisqu’il sera question de ​la façon dont M. Jackson a construit l’un des empires les plus impressionnants de l’histoire du divertissement.

Sa parution est annoncée pour juin 2014.

Sources : borbay.com / MJLegend

 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3496

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Michael Jackson INC

Message par Eddith le Mar 1 Avr 2014 - 7:26


Michael Jackson est de loin l'un des artistes les plus emblématiques de notre temps, une icône qui a créé une signature sonore que nous ne pourrons jamais copier

Après sa mort en 2009 à l'âge de 50 ans, son héritage musical et le sens des affaires ont souvent été éclipsés par ses problèmes personnels.

L'auteur Zach O'Malley Greenburg cherche à corriger cette erreur dans sa biographie à paraître, Michael Jackson, Inc., qui donne aux fans de MJ un aperçu de pourquoi le "roi de la pop" était plus que juste un pionnier dans la musique, mais dans les affaires aussi .

En 2012, Greenberg a publié son premier livre intitulé Empire State of Mind: Comment Jay-Z est passé de Street Corner Corner bureau, une exploration en profondeur de la façon dont Jay Z est devenu le magnat qu'il est aujourd'hui. Tout en écrivant ce livre, Greenburg est devenu familiariser avec Borbay, un artiste pop basé à New York qui a partagé son amour du hip-hop.

Dit Greenburg: «J'ai rencontré Borbay il ya quelques années et il avait vu le hip-hop le paquet» Trésorerie Kings. Il est venu un peu partout parce qu'il venait de faire une exposition intitulée les «rois de Hip-Hop», qui étaient ses interprétations de figures les plus importantes du genre. Comme une coïncidence, ils se trouvaient presque complètement chevauchement avec les sept plus hauts revenus hip-hop sur ma liste trésorerie Kings ".

Cette rencontre fortuite a évolué en une amitié qui conduirait les deux à travailler ensemble dans un avenir pas trop lointain.

Avance rapide d'un an et Greenburg travaille sur un deuxième livre, Michael Jackson Inc., une rétrospective de l'empire Michael Jackson, aidé par 100 entretiens encore jamais racontées de certains des plus grands noms de l'industrie, y compris les goûts de Berry Gordy, 50 Cent, Sheryl Crow, et beaucoup plus. Il a développé l'angle de son livre à la suite de la mort de Jackson tout en couvrant la valeur du catalogue Sony ATV Jackson avait acquis dans le milieu des années 1980.

"Comme je suis allé sur avec cette histoire, et l'entreprise de MJ et sa vie financière après la mort, la quantité incroyable d'argent qu'il a fait depuis qu'il est mort, plus de 700 millions de dollars. C'est plus que tout acte de vie unique a fait au cours de cette période de temps », dit Greenburg.

Greenburg croit que Jackson "a été un pionnier dans la monétisation de la renommée», ayant été l'un des premiers artistes à avoir leur propre ligne de chaussures, une ligne de vêtements, et avoir une étiquette simultanément.

Il tapota Borbay de collaborer sur une image de couverture pour le livre. Le résultat final a été un portrait audacieux peinte du roi de la pop à la hauteur de sa renommée à l'époque Bad, en couches avec des titres New York Post sur ​​le visage, projetant l'opinion populaire sur le chanteur emblématique.



Greenburg espère que son livre ouvrira les yeux des fans de Jackson de tous les horizons de la vie à son sens des affaires.

"Il a jeté les bases pour cela, et je pense que beaucoup de gens oublient ou ne savait même pas ce qu'est un homme d'affaires bien qu'il était en raison des luttes de la fin de vie."

Michael Jackson, Inc.: The Rise, Fall, et la renaissance d'un empire milliards de dollars sera disponible le 3 Juin 2014. Il est maintenant disponible en pré-commande à mjinc.co .


 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3496

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Michael Jackson INC

Message par Eddith le Lun 9 Juin 2014 - 8:52

Un livre intitulé Michael Jackson, Inc est sorti le 3 Juin 2014 aux USA. Son auteur,  Zack O'Malley Greenburg y traite de la fortune accumulée par le Roi de la Pop tout au long de sa vie et bien après. Journaliste pour le magazine Forbes, Zack O'Malley Greenburg a fait un descriptif de son livre sur le site de Forbes. Voici pour vous la traduction de la présentation de ce livre qui aurait très bien pu s'intituler: "L'homme qui valait trois milliards".





Le dernier album de Michael Jackson , Xscape , est sorti au début du mois et s’est écoulé à 157 000 exemplaires lors de la première semaine , en arrivant en 2éme position du classement des albums par Billboard. Cela va sans aucun doute accroitre le montant total généré par le King Of Pop depuis sa mort , plus de 700 millions de dollars sur ces cinq dernières années .

Mais Jackson a gagné beaucoup plus que cela au cours de sa vie , à la fois grâce à ses prouesses musicales et son sens des affaires beaucoup moins célèbre. Outre la publication de l'album le plus vendu de tous les temps et les centaines de millions engendrés lors de ses tournées, Jackson a ouvert la voie aux musiciens-entrepreneurs des temps modernes en lançant ses propres chaussures de sport, des vêtements, des jeux vidéo ainsi que d'autres entreprises.

Total durant son vivant : 1,1 milliard de dollars ou un peu moins de 2 milliards de dollars en prenant compte de l'inflation. Ajoutez les données posthumes ajustées, et le nombre s'élève à près de 3 milliards de dollars.

"Il était très intelligent", dit le rappeur / acteur / entrepreneur Christopher "Ludacris" Bridges. "De mon point de vue, parce que je suis moi-même axé sur les affaires et plutôt futé, je l’ai remarqué et j’ai même beaucoup lu sur tout ce qu'il a fait."

Jackson a aidé à créer un changement fondamental dans la monétisation de la gloire, et c'est la notion au cœur de mon livre , « Michael Jackson, Inc » , la première biographie axée sur les affaires du Roi de la Pop , qui sera publié le 3 Juin par Simon & Schuster’s Atria imprint.

A la fin du livre se trouve un tableau d'estimations annuelles des bénéfices pour l'ensemble de la carrière solo de Michael Jackson adulte, formulé en parlant à plus de 100 initiés de l'industrie du divertissement au cours des deux dernières années. Mais aujourd'hui, les lecteurs de FORBES peuvent obtenir un aperçu de la recherche.

Les points culminants incluent les 134 millions de dollars qu'il a engendré dans les deux années qui ont suivis la sortie de Thriller ( $ 306,000,000 en prenant en compte l’inflation), les 125 millions de dollars encaissés à l’apogée du Bad Tour en 1988 ($ 247,000,000 en prenant en compte l’inflation), et les $ 118 000 000 qu’il a obtenu en 1995 après avoir reçu la somme qui s’élève à plusieurs dizaine de millions lors la fusion de son catalogue d'édition ATV avec celui de Sony ($ 181 000 000 en prenant en compte l’inflation).

"Il avait de bons instincts… plus, plus, plus; mieux, mieux, mieux," déclare le manager Sandy Gallin, qui fut le manager de Jackson pendant une grande partie des années 1990. "Il négociait, dans son esprit, de la même manière. Peu importe ce que quiconque offrirait, il en voulait plus."

Les prouesses financières de Jackson étaient si grandes que, même après que les allégations de pédophilie ayant secoué sa carrière en 1993, il a rapidement récupéré et a eu une de ses meilleures années en 1995. Mais après un deuxième tour d'accusations prenant la forme d’un long procès en 2005, le Roi de la Pop a été incapable de se relever financièrement de son vivant.

Ce n'est qu'après sa disparition subite en 2009 que Jackson a à nouveau commencé à accumuler des sommes à neuf chiffres chaque année. Les exécuteurs testamentaires ont négocié un nouveau contrat d’enregistrement de $ 250,000,000 avec Sony, ont publié le film This Is It (qui a rapporté plus de 260 millions de dollars), à quoi sont venus s’ajouter deux spectacles du Cirque du Soleil.

Les totaux post-mortem de Jackson ont également été boosté de manière significative par les revenus provenant des biens qu'il a accumulé lors de son vivant, à savoir le catalogue ATV de Sony qui contient les droits d'auteur de la plupart des plus grands succès des Beatles, ainsi que d'autres chansons par des artistes comme Lady Gaga , Eminem et Taylor Swift.

Aujourd'hui, les héritiers de Jackson possèdent encore la moitié de cette société, d'une valeur d'environ 2 milliards de dollars, à travers son estate. Le Roi de la Pop a acheté le noyau du catalogue en 1985 pour 47,5 millions de dollars ce qui ajoute des dizaines de millions à sa fortune chaque année.

"Il avait le cœur d'un enfant, mais l’esprit d'un génie", c'est ce que Berry Gordy m'a dit dans une interview pour Michael Jackson, Inc. "Il était si tendre, avait une voix douce mais était aussi un penseur. . . . Il voulait tout faire, et il en était capable. Vous ne pouvez pas tout faire dans une vie."


Vous pouvez acheter ce livre chez amazon.fr. A noter qu'il n'existe malheureusement qu'en Anglais.


Source: MJFrance


 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3496

Revenir en haut Aller en bas

Interview de Zack O’Malley Greenburg

Message par Eddith le Mar 10 Juin 2014 - 17:30




En 2013, nous vous avions parlé de l’ouvrage « Michael Jackson, Inc.» dont Zack O’Malley Greenburg avait débuté la rédaction, de la naissance du projet [cf. News du 23/02/2013] tout comme son avancée [cf. News du 31/08/2013].

Comme prévu [cf. News du 24/02/2014] , « Michael Jackson, Inc.» est paru au début du mois juin. L’auteur a accordé une interview au site SoulTrain.com.

Greenburg a expliqué l’origine du projet : « L’inspiration […] est venue en couvrant le business de Michael Jackson pour « Forbes ». Après sa mort, j’ai vraiment commencé à remarquer qu’il y avait cette quantité incroyable de trésorerie générée par tout ce qui touche au Roi de la Pop et plus je suivais l’histoire, plus je réalisais que c’était le résultat d’une suite de transactions commerciales qu’il a faites au cours de sa vie […] et de l’empire qu’il a construit. Cela m’a incité à ne pas seulement regarder sa vie financière après sa mort mais plutôt toute sa carrière d’un point de vue commercial [et] comment il a révolutionné le divertissement. »

Devant la quantité des personnes impliquées dans le business de MJ, l’auteur a dû se résoudre à faire certains choix rédactionnels : « Il y a tellement de personnes connectées à sa vie, mais j’ai pensé que l’une des choses importantes à faire était de condenser et de simplifier ce dense réseau de relations d’affaires qu’il a eu sur l’ensemble de sa vie. J’ai essayé de me concentrer sur les personnages les plus pertinents et tout rationaliser, sans sacrifier la spécificité et le détail. Il ya des gens à qui j’aurais aimé parler, comme par exemple Diana Ross. Mais Diana Ross et Quincy Jones (…) ont parlé de lui tellement de fois, que je pense qu’ils sont un peu fatigués de lui! Mais je suis allé parler à une tonne de gens comme Berry Gordy, Walter Yetnikoff, Pharrell Williams, Sheryl Crow et Jon Bon Jovi. Il y a [dans le livre] beaucoup de petites anecdotes croustillantes qui n’avaient pas encore été racontées, et je suis vraiment enthousiaste à l’idée qu’elles voient enfin le jour. »

berry_gordy_and_michael_jacksonMichael Jackson a beaucoup appris directement ou indirectement des personnes qu’il a côtoyées, que ce soit Berry Gordy ou John H. Johnson. Pour Greenburg, le créateur de la Motown tient une place particulière. Le jeune Michael Jackson l’aurait beaucoup observé : “Je pense que Berry Gordy était vraiment sa première source d’inspiration quand on parle business. Berry m’a raconté que lorsqu’il était à la Motown, il [faisait] tout en même temps; il était aussi bien en studio qu’à prendre les appels sans arrêt ou encore à conclure des accords commerciaux. Et Michael, tout le monde m’a dit qu’il était juste une éponge de la connaissance. Il s’imprégnait de tout et était assis là, à regarder et écouter. Berry Gordy m’a dit que cela arrivait souvent et le jeune Michael s’asseyait juste là en observant (…) tout. Je pense que de cette façon, il a beaucoup appris par osmose.”

Dans son livre, Greenburg note que Smokey Robinson ne pense pas que l’on puisse qualifier Joe Jackson de « businessman », au sens technique du terme. L’auteur concède néanmoins que le père de MJ a nécessairement eu une influence non négligeable : « Il a poussé ses enfants vers la perfection et c’est quelque chose qui a certainement suivi Michael, pour le meilleur ou pour le pire. Donc, je pense qu’il a aussi tiré des leçons de son père.»

MJ-s-note-to_BrancaL’achat du catalogue de titres des Beatles par Michael Jackson fait partie des histoires les plus fréquemment évoquées dans le thème business. Mais à l’origine, beaucoup de spécialistes étaient sceptiques sur l’opportunité que pouvait représenter une telle acquisition.
Greenburg raconte : « L’achat par Michael Jackson du catalogue des Beatles pour 47,5 millions de dollars est probablement l’une des plus grandes transactions effectuées dans l’histoire de l’industrie de la musique. Aujourd’hui, sa participation, soit la moitié de l’entité Sony / ATV, est probablement une valeur d’environ 2 milliards de dollars. C’est un incroyable retour sur investissement. A l’époque, les gens pensaient qu’il était fou et c’est l’une des choses que j’ai constatée en enquêtant pour le livre: un grand nombre de ses proches conseillers, des gens qui ont vraiment eu du succès dans le business de la musique, pensaient qu’il payait une somme d’argent scandaleuse et que ce ne serait jamais une bonne affaire pour lui. Mais la façon dont [Michael Jackson] voyait les choses, c’est que c’était comme une belle œuvre d’art comme un Picasso et dans son esprit, vous ne pouviez pas vraiment mettre une valeur sur quelque chose comme ça. Il n’avait pas de prix. Il a dit que c’était les plus grandes chansons de tous les temps et il allait les chercher. Il a rédigé une note à [son avocat] John Branca qui négociait avec le milliardaire australien qui possédait le catalogue des Beatles dans laquelle il écrit (…) : « John, s’il vous plait, il ne faut marchander. [Je ne veux pas perdre le deal]. C’est MON CATALOGUE ». Je pense que c’est vraiment un tournant, non seulement pour sa carrière professionnelle, mais pour le monde du spectacle» avec aujourd’hui des artistes qui deviennent aussi , propriétaires et employeurs

Michael Jackson ne s’est pas arrêté à l’achat du catalogue des Beatles, il a également développé d’autres affaires, comme l’explique Greenburg : « Par la suite, il a fait beaucoup de choses à la fin des années 80 et au début des années 90, comme le lancement de sa propre ligne de vêtements, de chaussures et un label musical . Ces choses n’ont pas forcément décollé mais elles lui ont rapporté des dizaines de millions de dollars de toute façon, et il a vraiment ouvert la voie pour Diddy, Jay-Z (…) avec l’idée de la monétisation de la gloire. Il l’a complètement révolutionnée. »
Pour l’auteur, MJ a en quelque sorte ouvert le champ des possibles avec toutes ces manières différentes de prospérer grâce à sa célébrité.

SoulTrain.com a également demandé à Greenburg, si le perfectionnisme du showman Michael Jackson est un atout ou un handicap lorsqu’il est question de faire des affaires.
Greenburg explique : « Je pense que c’est un peu des deux. Lorsque vous êtes conduits à être le meilleur tout le temps, en particulier lorsque la norme est celle que vous avez déjà établie (comme avec « Thriller »), il peut parfois être très difficile de l’égaler. Par définition, il est presque impossible d’être le meilleur en tout; Je veux dire, c’est le plus grand pour une raison. « Thriller » est l’album le plus vendu de tous les temps et c’est certainement un travail incroyable, musicalement. [MJ] était obsédé par le fait d’atteindre les sommets dans ces deux domaines [artistique et commercial].mj_thriller_album
Je pense que cela a été très dommageable pour lui quand les chiffres de ventes et les avis de ses albums n’atteignaient pas tout à fait cette norme. Je pense qu’il a été très investi par le désir de voir « Thriller » au sommet dans tous les domaines possibles. Cela l’a amené à retarder [la sortie] d’albums pour les perfectionner, ce qui a eu un impact sur certaines de ses entreprises commerciales qui devaient débuter avec le lancement de ses albums. C’est vraiment une question que l’on retrouve tout au long de sa carrière. »

michael_jackson_pepsiPour Greenburg, si les gens ne reconnaissent pas le sens des affaires de Michael Jackson au même niveau que son sens du spectacle, c’est notamment en raison de la publicité négative dont la star a fait l’objet.
Par exemple, les médias étaient tellement obsédés par ses difficultés financières, auxquelles ils consacraient de nombreux articles, qu’ils s’éloignaient de la vérité : il était un homme d’affaires avisé : « La seule raison pour laquelle il a pu accumuler un tel niveau de dettes, c’est qu’il avait une grande quantité d’actifs qui avaient pris une valeur telle en raison de son sens des affaires. Il avait la garantie nécessaire pour contracter ces prêts. ».

SoulTrain.com a ensuite demandé à l’auteur de revenir sur les liens entre MJ et le hip-hop qu’il évoque dans son ouvrage.
« C’est un autre aspect qui ressort de ce livre – confie Greenburg – , Michael Jackson et l’impact du hip-hop. Beaucoup de personnes avec qui j’ai parlées, y compris Pharrell Williams, Swizz Beatz, 50 Cent, Nas et Diddy, tous ces gars vous racontent qu’ils ont grandi en idolâtrant Michael Jackson. Ils vous diront également qu’il connaissait tous les genres musicaux, en particulier, le hip-hop, jusqu’à la fin de sa vie.
Diddy m’a raconté que Michael Jackson connaissait le hip-hop comme s’il était né dans le sud du Bronx dans les années 80.»
Pour Greenburg, que ce soit avec la participation de Notorious BIG sur l’album « HIStory » en 1995, mais aussi avant son décès lorsqu’il travaillait sur son nouvel album les contacts qu’il a eu avec Swizz Beatz, les conversations avec Pharrell et Nas, il ne fait pas de doute que le hip-hop tenait une grande place pour Michael Jackson.

Concernant la volonté de Michael Jackson de s’impliquer dans le cinéma, Greenburg estime que ce sont les allégations dont il a fait l’objet qui ont ruiné ses projets cinématographiques en le rendant indésirable auprès des studios.
wfp_nations_unies
Zack O’Malley Greenburg souhaite qu’après la lecture de son livre les personnes retiennent que Michael Jackson n’était pas seulement le plus grand artiste de tous les temps, mais qu’il était véritablement, et tout autant, un révolutionnaire quand il s’est lancé dans le business du divertissement.
Rappelons enfin que chaque exemplaire vendu permettra également de financer un repas dans le cadre du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies. L’auteur s’est engagé dès le début du projet à faire un don à une association caritative en fonction des ventes.

Sources : SoulTrain.com / Borbay.com / MJLegend


 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3496

Revenir en haut Aller en bas

Michael Jackson : un business en or

Message par Eddith le Mar 24 Juin 2014 - 9:16


Cinq ans après sa disparition, le business autour du "Roi de la pop" est toujours aussi florissant, comme le dénonce un journaliste américain dans son livre "Michael Jackson Inc.".



Les ventes des albums de Michael Jackson se portent toujours aussi bien, cinq ans après sa mort. © Koji Sasahara/AP/SIPA




À la fin de sa vie, Michael Jackson se démenait pour éviter la banqueroute, mais, cinq ans après sa mort, le 25 juin 2009, son héritage prospère. "Michael Jackson rapporte plus d'argent maintenant que jamais", dit Zack Greenburg, auteur de Michael Jackson Inc., un livre qui vient d'être publié sur l'empire Jackson. Le "Roi de la pop" se battait pour éviter la banqueroute quand il est mort, il y a cinq ans, en pleine période de répétitions pour une tournée qui devait remplir à nouveau ses caisses.

Depuis, la succession Jackson - la Michael Jackson Estate, qui gère l'héritage de la mère et des trois enfants de la star - a encaissé plus de 700 millions de dollars, dit-il dans son livre. Pourtant, la famille a traversé de nombreuses épreuves. D'abord la mort de Michael, qui repose aujourd'hui au cimetière Forest Lawn, près de Los Angeles. Puis, la série de procès déclenchés par cette mort surprise.

Le plus médiatisé a été celui du docteur Conrad Murray, qui traitait le chanteur contre l'insomnie et lui a donné l'anesthésiant Propofol qui lui a été fatal. Conrad Murray a finalement été reconnu coupable d'homicide involontaire et condamné à quatre ans de prison. Il a été relâché en octobre dernier après deux ans derrière les barreaux.

Puis, il y a eu le procès au civil intenté par la mère du chanteur, Katherine, contre AEG Live, les promoteurs de la tournée. Elle les a accusés d'avoir engagé un médecin incompétent mais a été déboutée.
Michael Jackson en hologramme

L'équipe des exécuteurs testamentaires, conduite par John Branca et John McClain, était déjà néanmoins au travail. Il fallait très rapidement générer des revenus pour combler les énormes dettes contractées par la star au cours des cinq dernières années de sa vie. Au sommet de sa carrière, Michael Jackson, dont Zack Greenburg dit qu'il a "changé pour toujours la façon de capitaliser sur la gloire", rapportait 100 millions de dollars par an avec des succès comme l'album Thriller en 1982, inégalé depuis. Il avait aussi acheté le catalogue des Beatles pour 47,5 millions en 1985, un investissement d'une valeur estimée aujourd'hui à un milliard de dollars.

Mais les accusations de pédophilie portées contre "Bambi" au milieu des années 2000 ont laissé des traces. Michael Jackson, parti vivre un temps à Bahrein, a failli vendre son ranch bien-aimé "Neverland". Dans les dernières années de sa vie, il dépensait énormément et empruntait pour payer ses dettes, qui ont atteint les 500 millions de dollars. C'est alors qu'il a dû envisager de repartir en tournée en 2009.

Après sa mort, une des premières initiatives de la succession a été de lancer, This is It, le film réunissant les images des dernières répétitions, qui a encaissé 200 millions de dollars dans le monde. Sony et les avocats de la succession ont par ailleurs signé un contrat de 200 millions de dollars, selon le Wall Street Journal, prévoyant la sortie de sept albums en dix ans. Des accords ont été signés également avec le Cirque du Soleil pour un spectacle en tournée, "Michael Jackson the Immortal World Tour", et un spectacle permanent à Las Vegas "Michael Jackson One", au casino Mandalay Bay.

Le mois dernier, la star était de nouveau, par hologramme interposé, sur la scène des Billboard Music Award à Las Vegas. Elle y chantait et dansait "A Slave to the Rhythm", enregistré en 1991 et publié dans l'album Xscape en mai dernier. Michael était sorti en 2010. Pour Zack Greenburg, les chiffres sont sans équivalent : "On en est à plus de 700 millions en cinq ans. Pendant ce laps de temps, aucun artiste vivant n'a pu s'en approcher", dit-il. "Sans chercher à savoir où l'esprit du Roi de la pop se niche, une chose est sûre : la marque Michael Jackson se porte bien", écrit-il dans son livre.


http://www.lepoint.fr/culture/michael-jackson-un-business-en-or-24-06-2014-1839102_3.php


 cligne2
avatar
Eddith
Bloody

Messages : 3496

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Michael Jackson INC

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum