Expositions diverses

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

MJ On The Wall: l'offre de Paris ne répond pas aux normes établies à Londres

Message par Eddith le Lun 26 Nov 2018 - 14:11




A la fin du mois d’octobre, Michael Jackson: On The Wall a emballé ses sacs et s’est dirigé vers Paris où il s’est ouvert le vendredi 23 novembre au Grand Palais, sur les Champs-Élysées, où il restera jusqu’à la fin du mois de février 2019.

Après avoir apprécié mon séjour à Londres cet été, j'ai décidé de le voir à Paris également. J'adore Michael et j'aime Paris, les deux combinés constitueraient donc un bon voyage avant Noël.

De retour à la maison, j’ai décidé de partager l’expérience d’un point de vue logistique et visuel et je dois préciser très clairement que ceci n’est pas une révision des œuvres d’art originales. C'était déjà écrit lorsque l'exposition a débuté à Londres. Je ferai référence aux «nouvelles» pièces présentées au Grand Palais qui n'étaient pas à Londres, mais cette critique n'est pas artistique, elle concerne plutôt l'expérience de l'exposition, la gestion de la logistique et la présentation au Grand Palais de Michael Jackson On The Mur.

L’exposition ouvrant à 10h, nous avons décidé d’arriver à 10h30. Il fait froid à Paris en cette période de l’année et je n’étais pas sur le point de faire la queue par temps glacial. Si c’était une exclusivité mondiale, oui, mais comme j’en avais vu le contenu, je me sentais moins pressé de pénétrer à l’intérieur. bonne chose car il était impossible de trouver un moyen d’entrer dans l’exposition.

Il y avait beaucoup de panneaux de Michael Jackson, pointant tous dans des directions différentes, aboutissant à des objectifs différents, mais aucun n'indiquant lequel était celui que nous avions besoin d'entrer. Nous avons parcouru celui que nous pensions être le nôtre et avons demandé à l'un des membres de l'équipe de sécurité où se trouvait l'entrée et il montra la petite porte devant lui. Dans, scan du sac, montez le premier escalier. Au sommet se trouvait une très petite boîte bondée abritant la billetterie, un cercle de personnes recevant ce qui semblait être une conversation et une autre foule en manteaux, écharpes et longes nous indiquant de monter les escaliers derrière nous. "De cette façon?" Nous avons demandé? "Oui!" Ils ont pointé. Il n'y avait aucune signalisation et nous étions convaincus que nous allions dans le mauvais sens. Hélas, nous n'étions pas là et alors que les escaliers tournaient en rond, nous atteignions la file d'attente en spirale… attendez… s'agit-il de la boutique de souvenirs?!

Nous avons attendu environ 10 minutes pour entrer, en grande partie à cause du fait que la première œuvre d'art de Kehinde Wiley était si proche de l'entrée que les gens s'arrêtaient pour prendre des photos, ce qui créait un arriéré de personnes tentant d'entrer. Même une fois les billets numérisés, nous ne pouvions toujours pas entrer et attendions de quitter la ligne et de commencer notre exploration.

À la différence de l’exposition de Londres, la version parisienne est en forme de U avec des œuvres d’art sur les murs de part et d’autre, c’est presque une installation arrondie, même si, comme nous, nous pouvons continuer à tourner en boucle. Les espaces sont particulièrement étroits et offrent peu d’espace pour s’arrêter et étudier les œuvres, prendre des photos ou discuter avec des amis.

La pièce de Rashid Johnson intitulée 'The Wiz' est très tôt dans les préparatifs, en grande partie à cause de la copie du disque «The Wiz» qui se trouve sur la tablette en bas à gauche. Cependant, à Paris, le disque «manquait» contrairement au catalogue. ou à Londres. Nous avons signalé cela à un membre du personnel de la galerie qui a simplement haussé les épaules et qui a dit quelque chose: "C'est ce que c'est."

Pour ceux qui recherchent la pochette de l'album Dangerous, vous pouvez la trouver au coin de la rue sans aucune sorte de visibilité comme à Londres. C’est décevant de voir que c’est la seule pièce de l’ensemble de l’exposition qui ait une signification monumentale et réelle pour l’homme dont traite l’ensemble de l’exposition.

Dans la deuxième ligne droite du U, vous trouverez (et vous manquerez presque) le morceau de Mr Brainwash qui figurait dans Xscape en 2014 - Cependant, le texte reste inachevé et seul le nom "John Branca" figure dans la citation qu'il a fournie pour la projection à Londres. .

Dans la dernière salle, la dernière pièce est une vidéo de François Chaignaud et Nino Laisne intitulée «Mourn, O Nature!» - créée spécialement pour l'exposition parisienne, qui explore le lien quelque peu ténu entre Michael et Opera, lorsqu'il a pratiqué la mélodie lyrique française sur plusieurs occasions. Je laisserai les participants en juger eux-mêmes.

En sortant de l'exposition dans la boutique de cadeaux (nous y arrivons!), Je me suis senti extrêmement déçu par ce que le Grand Palais a fait avec l'exposition. Comparé à celui installé à Londres dans la National Portrait Gallery, il manquait de fluidité concise, se sentait extrêmement stérile en dehors de l'un des deux murs brillants et était dépourvu de cette énergie énergique que le nom de Michael Jackson donne à toute présentation dont il est le nom, cela avait été fait à Londres.

La boutique de cadeaux - Oh la boutique de cadeaux. Quel piètre affichage de inadaptés soudés avec une connexion à peine voilée. En standard, tous les albums de Michael Epic étaient sur CD, à l’exclusion de HIStory (numéro un en France et vendu à un peu moins de 1,7 million d’exemplaires dans le pays), les vinyles illustrés pour Diamond Celebration et Off The Wall to Dangerous sur LP standard. Cependant, ces CD étaient emballés avec des albums de Bruno Mars, Lenny Kravitz et Christine and the Queens! À côté des DVD de Michael, on trouve également des DVD de Peter Pan, de Diana Ross, de Disney, d'un film d'horreur symbolique et du célèbre film de Fred Astaire et Ginger Rogers, "Top Hat" - Tous les liens qui renferment "Michael", mais tous les espaces qui auraient pu être remplis avec Moonwalker, Vision, Greatest Hits Volume One & Two ou The Wiz… ou peut-être même l'album HIStory!

Le second mur présentait tous les produits restants de l'exposition de Londres, l'air écoeuré de son voyage à travers le canal, ainsi qu'une sélection de cartes postales illustrant les œuvres d'art imprimées pour ce volet de l'événement. Elles étaient de bonne qualité et constituaient un coffre-fort agréable. des morceaux que vous avez peut-être le plus apprécié. L’autre côté de la boutique était jonché d’attirail Mickey Mouse… oh, alors nous célébrons l’amour de Michael pour les «choses élémentaires» à cause de la caisse juste à côté de l’affichage ... compris! (s'il vous plaît noter le sarcasme). Mes amis, si vous voulez Mickey Mouse, un magasin Disney Store se trouve à 15 minutes de route, sur les Champs-Élysées.

Le centre était rempli de livres français basés sur la musique de Michael Jackson, Soul et Funk ou des discussions sur la race. Si c’était français et que le nom de Michael y figurait, il était là, à l’exception des livres qu’il avait publiés (les deux ont été trouvés dans la boutique de souvenirs de On The Wall à Londres). Dans le coin opposé se trouvait une table dressée avec des piles de livres pour enfants. Gardant à l’esprit que tous auront été sélectionnés et «amenés» pour l’événement (comme l’ont été l’album de Christine and the Queens »!), Deux livres pour enfants intitulés« White on Black »et« Black on White »m’ont marqué. Les deux livres présentent des images d'objets différents d'une couleur sur l'arrière-plan de l'autre. Ces livres n’étaient certainement pas là parce que Michael a brisé les barrières raciales qui ont ancré l’industrie de la musique dans les années 80, leur contenu n’ayant aucun rapport avec cela, pas plus qu’il a publié une chanson sur l’harmonie mondiale basée sur la race en 1991 faire avec ça non plus. Il n’est pas difficile de tirer une conclusion quant à la raison pour laquelle ils étaient assis et c’était franchement insultant.

À la fin du séjour, j’ai eu l’impression que le Grand Palais avait véritablement manqué à sa tâche de présenter des œuvres uniques, incroyables et alternatives dans un environnement reflétant l’inspiration des plus de 70 pièces pour leur sujet (au cas où vous Vous vous demandez si le thème de la décoration est… noir et blanc!) Peu de pièces avaient une présentation aussi remarquable que celle de Londres et nous nous sommes cachés dans les coins et les murs autour du U pour vous assurer de les passer, mais 'Découverte'. C’était juste «là» et c’était à peu près tout. Les textes ou les œuvres manquants dans l’œuvre auraient facilement pu être corrigés entre le jour du lancement de la presse le mercredi et celui de l’ouverture officielle le vendredi.

J'espère que les fans présents apprécieront les œuvres d'art (en particulier la couverture de l'album dangereux), car c'est finalement ce dont il s'agit. J'espère juste qu'ils pourront voir au-delà des indiscrétions d'œuvres incomplètes et de cette boutique de souvenirs!

Une dernière pensée, prenez s'il vous plaît une veste et un foulard, car il fait très froid à l’intérieur.

MJVibe


cligne2
Eddith
Eddith
Bloody

Messages : 4196

Revenir en haut Aller en bas

Michael Jackson: On The Wall fermé à Paris et bientôt à Bonn

Message par Eddith le Lun 18 Fév 2019 - 14:23





L’exposition «Michael Jackson: sur le mur» vient de s’achever à Paris le 14/02/2019 et sera à présent emballée pour être relogée à Bonn, en Allemagne.

Paris a connu des hauts et des bas. Le sentiment exagéré de l'exposition n'a pas été aussi bien accueilli par le grand public que par les fans, comparé à Londres malgré un nombre plus important de visiteurs.

Peu de raisons, tout d’abord, la plupart des émissions du samedi ont été annulées en raison des manifestations françaises dans la capitale (Gilets jaunes) et le Grand Palais a dû fermer ses portes pour des raisons de sécurité. Les week-ends sont une valeur inestimable pour l'afflux de visiteurs dans tous les musées et, malheureusement, pour Paris et le Grand Palais, le nombre de visiteurs a considérablement diminué chaque week-end depuis le début des manifestations.

Une autre raison du faible nombre et des critiques négatives est le fait que l'exposition n'était pas aussi bien organisée que Londres. Par exemple, la peinture de couverture Dangerous Album était une pièce énorme et importante à Londres et avait son propre mur. Paris l'avait dans un coin. Le cadre en forme de U de l’exposition au Grand Palais était plutôt une machine à gagner de l’argent dans laquelle les visiteurs se poussaient aussitôt. À Londres, les visiteurs se sentaient plus «chez eux» et se perdaient dans des salles remplies d’art de Michael Jackson. La National Portrait Gallery a clairement fait des recherches sur les fans et l'exposition avait une ambiance «Michael Jackson» qui manquait à Paris!

Paris proposait également de nouveaux ajouts mais des œuvres visuelles / vidéo plus «avant-gardistes» qui, pour certaines d'entre elles, étaient qualifiées de «bizarres» par les téléspectateurs. Leur volonté d'être plus artistique leur a manqué.

Bizarrement, les critiques du public français, y compris des fans français, n'étaient pas aussi bonnes que celles des visiteurs britanniques, bien que la plupart des expositions soient identiques. Est-ce une différence culturelle entre Paris et Londres? Les Britanniques apprécient-ils davantage l'art contemporain que les Français? Qui sait!
Sans parler de la boutique de cadeaux. La National Portrait Gallery a déployé de nombreux efforts pour créer des produits d'exposition officiels que les fans et le grand public apprécieront, ainsi que les visiteurs du musée! Le cadre était parfait et bien conçu. Paris était plus un décor de «tout vendu» avec des livres offensants, des articles qui n'ont rien à voir avec Michael Jackson ou l'Exposition. Grâce à l’exposition de Londres, ils avaient quitté Londres. Peu de nouveaux articles ont été créés, mais pas autant que Londres.

En termes de promotion, «Michael Jackson: sur le mur» était omniprésent à Londres: bus, gares, panneaux de signalisation, circulaires… Pendant notre séjour à Paris, nous n’avions que peu d’affiches dans quelques stations et quelques panneaux dans les rues. Cependant, la France avait peu de grands magazines couvrant les événements, ce qui n’était pas le cas à Londres.

Nous espérons que Bonn apprendra des erreurs de Paris et que l'émission télévisée «Leaving Neverland» n'affectera pas l'afflux de visiteurs.

Les chiffres sont dedans!
National Portrait Gallery - Londres, Royaume-Uni: 82 525 visiteurs
Grand Palais - Paris, France: 156 307 visiteurs
Grand total: 238 832 visiteurs

Suivant:
Bundeskunsthalle (Bonn, Allemagne)
22 mars - 14 juillet 2019
Musée d'art moderne d'Espoo (EMMA) (Espoo, Finlande)
21 août 2019 - 26 janvier 2020


MJVibe


cligne2
Eddith
Eddith
Bloody

Messages : 4196

Revenir en haut Aller en bas

Michael Jackson a sa place dans l'histoire de la musique et des musées.

Message par Eddith le Ven 8 Mar 2019 - 11:39

Malgré «Leaving Neverland», les musées de la musique sont prêts à combattre le non-sens du mutisme de Michael Jackson!

Le Musée national de la musique afro-américaine a annoncé que certains artefacts de Michael Jackson seraient exposés dans une exposition intitulée "One Nation Under A Groove" lors de l'ouverture du musée au centre-ville de Nashville au début de 2020. Le musée a déjà publié des rendus de la conception du bâtiment. , avec une image de Jackson à l'extérieur.

À Detroit, la présidente et directrice générale du Motown Museum a déclaré que sa mission était de partager les histoires et les artefacts de l’histoire de Motown.

«Les contributions musicales de Michael Jackson font toujours partie de l’histoire de Motown», a déclaré Robin Terry.

Motown Records a été le premier label majeur à enregistrer The Jackson 5, dans lequel Michael a fait ses débuts en tant que jeune star aux côtés de ses frères et soeurs, et a publié leurs tubes «I Want You Back» et «ABC».

"L’importance de la musique de Michael Jackson pour la culture afro-américaine et la bande-son américaine est sans égale", a déclaré H. Beecher Hicks III, président et chef de la direction du Musée national de la musique afro-américaine dans une déclaration fournie à Associated Press.

«En tant que membre de notre galerie One Nation Under a Groove, Jackson sera défini par sa musique, son importance pour la culture pop, ses vidéoclips et son impact sur le changement du cours de la musique populaire dans notre pays. Le NMAAM a rassemblé quelques artefacts qui seront exposés dans cette galerie, chacun d'entre eux aidant à mettre en évidence ces aspects de ses contributions à la musique afro-américaine. Nous comprenons que, comme la musique elle-même, les legs sont en constante évolution et que nous devons pouvoir évoluer et changer au besoin. ”

Un journaliste du NMAAM a déclaré que la conception de la structure en était encore à ses débuts et qu’elle prévoyait d’afficher en rotation des images d’artistes sur les panneaux extérieurs du bâtiment.

MJVibe


cligne2
Eddith
Eddith
Bloody

Messages : 4196

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expositions diverses

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum