Festival de Trélazé. Retour sur la soirée vraiment ratée des frères Jackson

Aller en bas

Festival de Trélazé. Retour sur la soirée vraiment ratée des frères Jackson Empty Festival de Trélazé. Retour sur la soirée vraiment ratée des frères Jackson

Message par Eddith le Sam 31 Aoû 2019 - 10:41


Festival de Trélazé. Retour sur la soirée vraiment ratée des frères Jackson 5eb14160efd0fed8ee5a62fc66221e50-festival-de-trelaze-retour-sur-la-soiree-vraiment-ratee-des-freres-jackson_1

Ils auraient dû être quatre.
Ils n’étaient que trois, sur scène, jeudi soir.
Un son épouvantable, des voix fatiguées, des remplissages permanents : un ratage complet.
Cerise sur le gâteau : pas un mot, pas une prise de parole, pour saluer leur frère Michael, qui aurait eu 60 ans jeudi.

Une foule immense avait pourtant répondu présent, jeudi, à Trélazé, au parc du Vissoir.
Une des meilleures affluences de l’été. Prête à danser et à admirer, en chair et en os, l’une des fratries les plus célèbres de la planète : celle des Jacksons.
Et, par procuration, un grand absent : leur petit frère, Michael Jackson, le King of Pop.
Qui a chanté et joué avec eux, de sa (pas vraiment) tendre enfance dans les années 60 jusqu’à sa conquête du monde en solo au début des années 80.
L’occasion était belle de lui rendre hommage, en Anjou : ce concert trélazéen étant programmé un 29 août, le jour de la naissance de la star, disparue il y a dix ans. Michael Jackson aurait eu 6O ans.
Résultat ? Un cauchemar.

On n’épiloguera pas sur le son, catastrophique, du début à la fin.

Sur scène, Tito, Jackie et Marlon ont fait illusion pendant dix minutes, avec un Can You Feel It, passable, porté par des musiciens et choristes très affûtés (eux).
Autre bizarrerie : il faudra attendre trois quarts d’heure pour comprendre pourquoi Jermaine Jackson est aux abonnés absents. « Il a mal à la gorge, il ne pouvait pas venir ce soir », glisse discrètement Marlon, pourtant très bavard, entre deux chansons.

Les séquences vidéo à la gloire de toute la famille, interminables et dégoulinantes, ont servi de remplissage à peu de frais.
Histoire aussi, de respirer en coulisses. Car les voix des légendes sont très fatiguées.

Elles n’ont pas tenu le choc bien longtemps.
Ni la comparaison avec le souvenir de leur défunt frère, capable d’électriser les foules à lui tout seul.
Le massacre en règle de Wanna Be Startin Somethin, l’un des tubes de Thriller, en fut la cruelle illustration.

Ok, mais quid de l’hommage à Michael Jackson ?

Inexistant.

Le désert affectif.

Pendant le show, aucun des trois frères n’a eu un mot, un geste, une parole – alors que les circonstances étaient réunies – pour un frère qu’ils s’évertuent à défendre depuis des mois, après l’énorme scandale provoqué par le documentaire Leaving Neverland.
Tito Jackson l’avait promis, dans un entretien accordé à Ouest-France : ce concert, cette tournée, « c’est l’occasion de se souvenir de lui ».

Jeudi soir, le public a pu effectivement se souvenir de lui, presque par défaut.

Il a pu mesurer, à l’évidence, qu’il n’y avait qu’un Michael Jackson. RIP Michael


Ouest-France Benoît GUÉRIN


cligne2

Eddith
Eddith
Bloody

Messages : 4371

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum